Liste des textes

Liste des textes - 164 résultats
Henri Poincaré (1854-1912), physicien, philosophe et mathématicien français - Analyse par Roger Balian Institut de Physique Théorique, Saclay Professeur honoraire de physique de l’École polytechnique, Membre de l’Académie des sciences

Où l’on revient, à la lumière des connaissances actuelles, sur certains apports déterminants de Poincaré : le chaos, l’importance des probabilités – et, en partie, la relativité ; ses positions novatrices comme ses positions conservatrices ; ses apports en physique pratique (TSF, théorie du signal) aussi bien qu’en physique théorique. Poincaré fait partie des savants, assez rares, qui ont beaucoup apporté à la fois à la physique et aux mathématiques.

2 fichiers à télécharger
Pierre de Brun (1874-1941), géologue français - Analyse par par Martin Tiano Docteur en chimie organique, ancien élève de l’ENS de Lyon, agrégé de chimie

Cet ouvrage recense les espèces minérales connues du Gard. Des plus communes aux plus rares, P. de Brun dresse un inventaire aussi exhaustif que possible des minéraux et de leurs localisations dans le département.

2 fichiers à télécharger
Auguste Comte (1798-1857), philosophe français - Analyse par par Alexandre Moatti Ingénieur en chef des Mines, Chercheur associé à l’Université Paris-Diderot (SPHERE UMR 7219)

La préface personnelle du traité de 1842 : l’acmé de la critique portée par Comte à l’égard de l’institution scientifique (notamment l'École polytechnique et l'Académie des sciences).

2 fichiers à télécharger
François Arago (1786-1853), astronome et physicien français - Analyse par Guy Jacques, Directeur de recherches émérite au CNRS

L’histoire de sa jeunesse racontée à la fin de sa vie par Arago, ou l’art de romancer sa biographie. Presque un cas d’école.

2 fichiers à télécharger
Paul Mansion (1844-1919), mathématicien belge - Analyse par par Hervé Le Ferrand Institut de Mathématiques de Bourgogne (UMR CNRS 5584), Université de Bourgogne

Un jalon important dans l’expression du « second théorème de la moyenne » en analyse, dont la démonstration rigoureuse se fit par étapes successives, d’Abel à Hobson en passant par Mansion et Kronecker.

2 fichiers à télécharger
Jean-Léonard-Marie Poiseuille (1797-1869), physicien et médecin français - Analyse par Pierre-Yves Gires Docteur agrégé en sciences physiques, en disponibilité au CEA Grenoble

Poiseuille établit sa fameuse loi, selon laquelle le débit dans de fins tubes capillaires est en puissance quatrième du diamètre du tube.

2 fichiers à télécharger
Alfred Binet (1857-1911) psychologue français, Théodore Simon (1873-1961) psychologue français - Analyse par Alexandre Klein Philosophe et historien des sciences Université Laval (Québec)

Aux sources de l’invention de ces deux auteurs, ‘l’Échelle métrique de l’intelligence’, liée notamment aux débuts de la scolarité pour tous. Échelle qui sera assez vite utilisée outre-Atlantique (et déformée) via les ‘tests de quotient intellectuel (QI)’.

5 fichiers à télécharger
[s.o.] - Analyse par par René Descombes Ingénieur divisionnaire honoraire des travaux publics de l’État

Le carré magique d’ordre 6 du palais mongol de Xi’An (Chine), aujourd’hui au musée de cette ville (il fut découvert dans les ruines du palais en 1956)

2 fichiers à télécharger
François-Jules Devinck (1802-1878), entrepreneur français - Analyse par Cédric Poivret, IRG Institut de recherche en gestion (UPEM Université Paris-Est-Marne la Vallée)

Peut-on écrire une histoire des « sciences de gestion », souvent discréditées (car parfois trop liées à l’entreprise et au « techniques de management », toujours forcément « innovantes »), et dont l’appellation n’est que récente ? Si c’est le cas, le texte du chocolatier et homme politique Devinck en est un texte précurseur.

2 fichiers à télécharger
[République française] - Analyse par Ivor Grattan-Guinness, philosophe et historien des sciences (1941-2014)

Entre 1794 (création de l’École polytechnique) et 1830, une catégorie particulière anima un âge d’or de la science en France : celle des « ingénieurs-savants ». Savants → ingénieurs, ils appliquent leurs connaissances scientifiques à l’industrie issue de la révolution industrielle. En retour (plus original), ingénieurs → savants, ils créent de nouvelles branches de la science fondamentale en les nourrissant de leurs résultats « de terrain ».
 

2 fichiers à télécharger

Pages